La façon dont un philosophe parle d’un sujet…

Avant de décrire un peu le chemin que j’ai suivi, j’ai envie de donner une sorte de brève conclusion de mes lectures d’aujourd’hui (“datez!”, nous dit Van Vogt):

Dans la façon dont un philosophe parle d’un sujet, il y a, quasi inévitablement:
– Un point de vue sur ce qu’est la philosophie
– Un point de vue sur ce qu’est le réel.
Et aussi:
– Des préjugés sur pas mal de choses!

Autant dire qu’il peut y avoir beaucoup de façons de philosopher; et que la notion même de “cours de philosophie” pose problème. Tout au plus peut-on essayer de décrire des courants philosophiques.

C’est la notion de “désir” que je viens d’essayer de regarder, dans un certain nombre de livres de philosophie que j’ai. Je renonce à résumer ici le parcours, mais il est intéressant,  et presque édifiant. On pourrait dire, presque nul; bizarre ou contestable parfois, etc.

D’où ma conclusion en italique ci-dessus.

Allez, j’approfondis un peu. Il me semble que ce que j’aurais aimé trouver, comme définition du désir, c’est quelque chose comme: “Aspiration de l’être, se traduisant par des pensées et des sentiments.” ….
Mais c’est peut-être en spiritualité, et uniquement en spiritualité, que cette notion paticulière de désir prend son sens… Les psychologues l’ignorent?

Advertisements

About Philippe Lestang

Auteur du livre "Le fait Jésus" (Actes Sud 2012) - http://www.plestang.com
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s